Chirurgie esthétique et chirurgie reconstructrice Tours (37)
14 rue Victor Hugo - Tours 02 47 48 03 93

Prothèses de fesses - augmentation glutéale par implants

-  Mise à jour le 18/10/19

 

 

Pour augmenter le volume de fesses jugées trop plates, et notamment lorsqu’un accroissement de la projection (relief de la fesse vue de profil) est recherché, on peut recourir à la mise en place de prothèses de fesses (implants glutéaux). 

 

Cette technique est particulièrement adaptée chez les personnes minces, présentant des réserves de graisse insuffisantes pour envisager une augmentation par lipomodelage (réinjection de graisse).

 

 

Principes

 

- Implants

La plastie d’augmentation fessière par prothèses fait appel à des implants remplis d’un gel de silicone cohésif (ferme) et entourés d’une enveloppe épaisse, alliant consistance naturelle et résistance optimale. Les prothèses peuvent être de forme ronde ou anatomique. Même si la durée de vie des prothèses est longue, leur mise en place ne peut pas être considérée comme définitive : un remplacement des implants devra intervenir tôt ou tard.

- Voie d’abord (cicatrices)

Une incision de 6 à 7 cm de long est effectuée de chaque côté, placée dans la partie haute du sillon inter-fessier. Il en résulte 2 cicatrices verticales espacées d’un centimètre, cachées dans le haut du sillon.

- Mise en place

Un espace est créé dans l’épaisseur du muscle grand fessier ((loge intramusculaire) pour accueillir les prothèses. 

- Gestes complémentaires

Si les fesses présentent un relâchement (ptôse) associé au manque de volume, celui-ci peut faire l’objet d’une correction spécifique (associée à l’augmentation par prothèses) en réalisant un lifting fessier.

En cas d’excès de graisse localisés (poignées d’amour, culotte de cheval), ceux-ci peuvent être traités dans le même temps par lipoaspiration.

 

 

Déroulement

 

- Deux consultations pré-opératoires avec le Dr DUPEYRON sont nécessaires avant l’intervention. Un devis détaillé est remis à l’issue de la première rencontre.

- Une consultation pré-anesthésique doit systématiquement être programmée avant l’opération (dans les 2 à 30 jours précédant l’intervention). A l’occasion de cette rencontre avec le médecin anesthésiste, un bilan pré-opératoire pourra être prescrit.

- Anesthésie. L’intervention est pratiquée sous anesthésie générale.

- Durée. Le geste dure environ 2 heures.

- Des drains sont mis en mis en place en fin d’intervention. Ils sont habituellement retirés le lendemain.

- Hospitalisation. Elle est de 24 heures (1 nuit sur place) : entrée le jour même de l’intervention et sortie le lendemain.

 

 

Suites

 

- Douleurs. Les suites peuvent être douloureuses, en particulier dans les premiers jours. Un traitement antalgique adapté est prescrit pour cette période.

- Œdème (gonflement) et ecchymoses (bleus). Ils sont habituels et peuvent être marqués pendant les 15 premiers jours.

- Soins. Les cicatrices sont protégées par un pansement qu’il convient de changer quotidiennement. Les soins durent une quinzaine de jours et sont idéalement confiés à une infirmière. Quelques fils (un nœud de chaque côté) sont retirés au bout de 2 semaines.

- Consignes particulières. La position assise est proscrite pendant les 2 semaines suivant l’intervention. La position debout et la position allongée doivent être privilégiées durant cette période.

- Arrêt d’activité physique. Il est recommandé d’attendre 1 à 2 mois sans réaliser d’efforts importants et avant de reprendre des activités sportives.

- Arrêt d’activité professionnelle. La convalescence impose une interruption d’activité de 10 à 15 jours.

- Suivi post-opératoire. Des consultations de contrôle sont prévues à 2 semaines, 1 mois, 3 mois, 6 mois et 1 an de l’intervention, puis tous les 2 ans.

 

 

Risques

 

Comme pour toute intervention chirurgicale, il existe un certain nombre de risques, même si leur survenue est rare.

- Il s’agit d’une part des possibles complications liées à l’anesthésie générale.

- Il s’agit d’autre part des potentielles complications communes à tout acte chirurgical : accident thrombo-embolique (phlébite, embolie pulmonaire), hématome, épanchement séreux, infection, défauts de cicatrisation, altération de sensibilité.

- Il s’agit enfin des éventuelles complications spécifiques des implants : visibilité des prothèses (plis, vagues), malposition (déplacement), contraction capsulaire (coque), rupture.

 

 

Résultat

 

Un délai de 3 mois est nécessaire pour apprécier le résultat définitif. C’est le temps nécessaire pour que la peau et les muscles aient retrouvé leur souplesse et pour que la position des prothèses soit stabilisée.

 

 

 

Pour plus d'informations sur cette procédure, n'hésitez pas à poser vos questions en utilisant le formulaire de contact ou en contactant le cabinet au 02 47 48 03 93. Vous pouvez également consulter et télécharger la fiche détaillée de cette intervention dans le lexique.

 


© 2011 VA Solutions - Dr Franck DUPEYRON

Ce site respecte les principes de la charte HONcode